Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 février 2016 4 11 /02 /février /2016 09:08

J'ai su d'une mère japonaise qui disait à ses cinq enfants très aimés, lorsqu'ils s'absentaient: surtout ne m'écrivez pas, je ne veux pas m'émotionner.

Quelle sagesse!

Il est en général désagréable de recevoir des lettres.

         Les unes sont sans aucun intérêt, les autres en ont de trop et vous laissent l'appétit éveillé, une envie d'en entendre davantage, ou d'être à l'instant même à portée de la main de votre correspondant. L'un et l'autre vous laissent un peu le coeur débordant, la langue paralysée et la main vide.

         Il y a encore de celles que l'on porte avec soi pendant des jours, des semaines. Il serait prudent de ne jamais plus en recevoir de cette personne, il se peut que jamais il ne pourra dépasser le bonheur que cette missive vous a procuré.

         On la lit, on la relit, jusqu'au jour où elle a perdu sa séduction, sa puissance. Elle est usée, elle ne donne plus son charme, son pouvoir s'est éteint, elle est fanée.

         Une lettre arrive, elle a un visage. Elle est là, apparemment inerte, isolée de son entourage, elle vous observe, elle vous attend. Je la considère à mon tour, peut-on si fier?

         Je la regarde de loin. Je ne l'ouvre pas, je ne m'en approche qu'avec précaution, quoiqu'elle ne saurait plus s'envoler. Elle est voyageuse, mais à l'heure qu'il est, elle est captive, arrivée au but de sa mission.

Elle vient de loin pour se poser inocemment sur ma table.

          Je ne lis immédiatement que les lettres ou indifférentes ou désagréables, les autres je les soigne, je les garde, j'y pense pendant la journée, mais je ne les lis que la nuit, au lit. Les lettres devraient être lues comme elles ont été écrites: lettres de jour, lettres de nuit.

          Et les vieiles missives que l'on garde! Les lettres dont on ne peut se séparer, moins encore les détruire; qui sont, lorsqu'on les relit ou anodines, ou indifférentes, elles vous produisent une brûlante douleur.

          J'avais ainsi pendant de longs mois un îlot dans un de mes déménagements. Des caisses de lettres que je regardais avec angoisse. Impossible de les lire, impossible de les garder, impossible de les détruire. Une forteresse inattaquable et indestructible. Alors un jour je trouvais le sol déblayé: un être qui savait tout de moi les avait fait disparaître sans me consulter. Je lui en ai été reconnaissante comme d'une action héroïque.

          Ne gardez jamais des lettres. Elles changent, ne produisent plus l'effet d'actualité, elles ont perdu leur éclat, leur message, leur souffle.

Mais sachez! Un morceau de papier peut briser une existence.

Heureusement pour nous, les collectionneurs, Mariette  conservait ses correspondances. Mieux après coup elle a restauré de mémoire certaines des premières lettres adressées à Montherlant, afin de reconstituer leurs échanges qu'elle comptait éditer. Mais à la lecture de cette "confession" on apprend aussi que nous n'aurons pas la trace des lettres de ses parents, probablement un tas manquant dans les combles de l'immeuble parisien. Probablement Giuseppe qui devait être l'être qui la connaissait le mieux, nous a fait disparaître l'histoire de son père à La-Chaux-de-Fonds et de sa soeur à Florence, sa Mère à Paris, ses tendres amies d'enfance à Vienne ou Grünenwald, ses deux premiers maris en Hongrie et au Pirée, tourner la page avant son départ pour l'Angleterre et le début de sa quatrième vie à Buenos-Aires.

Ces petits morceaux de papier, elle les a beaucoup disséminés. Ses proches en ont conservés, qui se retrouvent parfois et peuvent justifier sa conclusion: Marguerita Wallman, Marie Stiasny,  Erica, Julia, enfin Abrisqueta ont toutes reçu des traits d'amour et des jets de reproches parfois cruels.

Correspondance

Partager cet article

Repost 0
Published by Dreamer - dans Mariette Lydis
commenter cet article

commentaires

Deamer 03/03/2017 14:50

Bonjour, Merci de votre attention. J'ai beaucoup recherché des détails dans les oeuvres de Colette ou ses lettres chez "amis de Colette". Mariette a souvent travaillé sur les oeuvres de Colette, par contre les correspondances dont je dispose débutent après son départ en 1939. J'ai des essais de portraits, mais les noms ne sont pas indiqués. Je prends note.

de la Boullaye 05/03/2017 17:36

Colette parle de ce suicide dans une lettre à Renée Hamon du 22 juillet 1940

de la Boullaye 03/03/2017 10:02

Bonjour. Avez vous des informations sur les liens entre Mariette Lydis et Erna Redtenbacher ? Erna était une femme de lettres, autrichienne, du même âge que Mariette. Erna fut la traductrice en allemand de plusieurs livres de Colette avec qui elle était amie. Erna venait souvent à Paris quand Mariette y habitait et s'est réfugiée en France après l'Anschluss. Colette parle d'Erna plusieurs fois dans ses lettres éditées maintenant sous forme de livres. J'ai connaissance d'un portrait d'Erna peint par Mariette Lydis en 1934. Il me semble qu'un autre portrait peint pas Mariette en 1927 représente aussi Erna.

Dreamer 04/03/2017 08:18

Pourriez vous me donner les sources de l'info suicide. J'ai noté 24 juillet 1940? Mariette était parti dès 1939 en Angleterre, car elle avait des nouvelles de ses amies de Vienne. Mariette a dessinée pour Colette dans les 2 programmes des petit lits blancs 34 et 35. En 1927 elle s'installait tout juste à Paris. Dans les lettres à Bontempelli elle ne parle pas de Colette, je n'ai pas non plus trouvé le nom d'Erna. a suivre.

de la Boullaye 03/03/2017 17:22

Oui et dans les lettres au petit corsaire aussi. Je connais l'histoire de son suicide quand les allemands sont arrivés. Merci pour vos réponses.

Deamer 03/03/2017 15:13

En complément faites vous la relation avec les lettres à Moune et au Toutounet?
On y lit le suicide à la Trinité sur Mer en 1940.

Présentation

  • : Le blog de Dreamer
  • Le blog de Dreamer
  • : Mes recherches, mes collections, mes rencontres, et surtout la démarche à partir d'un rève: vivre des passions sans limite. Les pages comme les articles seront modifiées en fonction des nouvelles trouvailles. Les documents présentés et les textes, sont ma propriété et tout usage ou publication doit obtenir mon autorisation, à demander par contact. Copyright "WorldOfDream"
  • Contact

Profil

  • Dreamer
  • Collectionneur qui mène son enquête. Avec plein de surprises, de découvertes et de rencontres qui parfument l'existence.
  • Collectionneur qui mène son enquête. Avec plein de surprises, de découvertes et de rencontres qui parfument l'existence.

Recherche

Catégories