Mes recherches, mes collections, mes rencontres, surtout la démarche à partir d'un rêve: vivre des passions sans limite.
Les pages comme les articles seront modifiées en fonction des nouvelles trouvailles. Les documents présentés et les textes, sont ma propriété et tout usage ou publication doit obtenir mon autorisation, à demander par contact. Copyright "WorldOfDream" ou "Malydis" ......
Seuls les nom et adresse sur les commentaires et abonnés news sont conservés. Aucun usage différent n'est fait de ces données. 

Policies & Copyright
About Copyright:

The content of posts on this blog are the intellectual property of www.malydis.eu
You may not reprint any posts, in full or in substance, without the written permission of dreamer@malydis.eu. If you cite information or quote from this blog, please say it came from www.malydis.eu; a link to the original blog would be considerate, and helpful to your readers.
I am happy to share information, but please do not post my images without written permission. I try to respect the copyright of others, and, if you think I have violated your copyright, please contact me immediately and I will remove the image. "Contact":  dreamer@malydis.eu      If an image is labeled “Malydis”, I have taken that photograph.

Comment policy: Corrections and additions are welcome; please be courteous. This is a community of people with shared interests. I may edit a comment for spelling, punctuation,  or length, but I will try to be faithful to your intent.

MALYDIS

Mes recherches, mes collections, mes rencontres, surtout la démarche à partir d'un rêve: vivre des passions sans limite. Les pages comme les articles seront modifiées en fonction des nouvelles trouvailles. Les documents présentés et les textes, sont ma propriété et tout usage ou publication doit obtenir mon autorisation, à demander par contact. Copyright "WorldOfDream" ou "Malydis" ...... Seuls les nom et adresse sur les commentaires et abonnés news sont conservés. Aucun usage différent n'est fait de ces données. Policies & Copyright About Copyright: The content of posts on this blog are the intellectual property of www.malydis.eu You may not reprint any posts, in full or in substance, without the written permission of dreamer@malydis.eu. If you cite information or quote from this blog, please say it came from www.malydis.eu; a link to the original blog would be considerate, and helpful to your readers. I am happy to share information, but please do not post my images without written permission. I try to respect the copyright of others, and, if you think I have violated your copyright, please contact me immediately and I will remove the image. "Contact": dreamer@malydis.eu If an image is labeled “Malydis”, I have taken that photograph. Comment policy: Corrections and additions are welcome; please be courteous. This is a community of people with shared interests. I may edit a comment for spelling, punctuation, or length, but I will try to be faithful to your intent.

Verlaine lu par Mariette

com

verlaine-1.jpg   Trouver des traces de la méthode de travail de Mariette Lydis, puisque cela elle ne l'a pas écrit, est un véritable plaisir que je savoure lentement. Ainsi j'ai repéré, regroupé les éléments mais je ne m'y attaque pas tout de suite. Je m'y prépare doucement. Je feuillette quelques lettres, je les déchiffre, pour certaines je les transcris sur des feuilles individuelles. Je fouille d'autres liasses pensant y trouver un calque, un essai lithographié sur une chute de papier au dos d'un autre essai, parfois en plusieurs passages comme si l'on avait essuyé le cuivre. Ainsi ce petit recueil de pages extraites d'une publication d’œuvres de Verlaine. Ces pages dont je n'ai pas encore trouvé l'édition d'origine, sur une sorte de papier bible, dans un format qui me rappelle les éditions de Jean Jacques Pauvert, étroit et vertical : 17x9,7 cm. Ces pages sont rassemblées et "scotchées" dans un petit livret en carton, une feuille sert de couverture sur laquelle est frappé à la machine "VERLAINE".

542 XXIII  Les textes sont sélectionnés et séparés en 3 parties, Mariette a marqué d'une écriture au stylo bille bleu un titre pour chaque partie, des numéros de pages parfois quand ils ne sont pas imprimés, et sur les replis de la couverture en premier "Commencé le 21 Janvier 1966", en fin, les numéros de page ou les numéros du poème assortis du mot objet de l'attention. En parallèle à la page indiquée, une phrase soulignée une marque dans la marge de la strophe, enfin devant le titre ou le numéro du poème retenu une croix ou un cercle, parfois un gros point rouge.

Maintenant il est temps de rassembler et comparer, avec l'ouvrage paru la même année.

Jacques Vialetay l'éditeur [*2] qui depuis 1949 avait été pressenti par Carmen Guillard, avait-il passé commande? Lui avait-il adressé le livre des poésies, comme il l'avait fait pour le Baudelaire? En Argentine ce n'est pas comme pour Madame Bovary, Janick la jeune femme qu'il avait épousé en décembre 1949 ne pouvait pas poser pour Mariette.  Ce sont donc des modèles argentins dont elle s'est servi. J'ai nettoyé le vieux scotch, je liste les références en fin de couverture.       

  CHANSONS POUR ELLE   page

 *

525

tu n'es pas vertueuse
Tu n'es pas du tout vertueuse,
Je ne suis pas du tout jaloux:

C'est de se la couler heureuse
Encor le moyen le plus doux.

I

O

   
526

car sans toi rien ne puis rien de rien
Je vais gueux comme un rat d'église, ...

Car, sans toi,
Rien ne puis,
Rien ne suis.

II

 

X

   
528

l'air faux de sale méchanceté
Or, malgré ta cruauté
Affectée, et l'air très faux
De sale méchanceté
Dont, bête, tu te prévaux,
J'aime ta lascivité!

IV    
XIII

es-tu brune ou blonde ? 535
Es-tu brune ou blonde?
Sont-ils noirs ou bleus,
Tes yeux?
Je n'en sais rien, mais j'aime leur clarté profonde,
Mais j'adore le désordre de tes cheveux.

X    
XIV

femme trop bien mise 536
Fi d'une femme trop bien mise!
Je te veux, ma belle , en chemise,
-- Voile aimable, obstacle badin,
Nappe d'autel pour l'alme messe,
Drapeau mignard vaincu sans cesse,
Matin et soir, soir et matin.
--------
Chemise de femme, armure ad hoc

XIV

O

 

 

 

XV

   
XVI

la pauvreté
La pauvreté, notre compagne,
dont nous nous serions bien passés,
Vainement menait la campagne
Durant tous ces longs mois glacés...
      Nous incaguions l'intruse,
      Son astuce et sa ruse.

O     *1 
XXII

je révais cette nuit
"J'ai révé de toi cette nuit:
Tu te pâmais en mille poses
...
Au réveil, ce fut dans tes bras,

541    
 

"ROMANCES SANS PAROLES"

ARIETTES OUBLIEES

     *2
111 extase langoureuse I    
122

Il pleut
Il pleut dans mon coeur
Comme il pleut sur la ville

III    
123

soyons 2 enfants
Soyons deux enfants, soyons deux jeunes filles

IV    
124

en sa longue robe
Place! en sa longue robe bleue
Toute en satin qui fait frou-frou,
C'est une impure, palsembleu!
Dans sa chaise qu'il faut qu'on loue,

VI    
125

la plaine
Dans l'interminable
Ennui de la plaine
La neige incertaine
Luit comme du sable.

VIII    
126

ô voyageur
Combien, ô voyageur, ce paysage blême
Te mira même toi-même,

IX    
129

l'allée
L'allée est sans fin
Sous le ciel, divin
(Estaminet du Jeune Renard, août 1872.)

II    
130

chevaux de bois
Bruxelles, (Champ de foire e Saint-Gilles, août 1872.)

     
132

ma froide soeur
Vous êtes si jeune, ô ma froide soeur,
...
Vous juriez alors que c'était mensonge
Et votre regard qui mentait lui-même
Flambait comme un feu mourant qu'on prolonge,
Et de votre voix vous disiez: "Je t'aime!"
Hélas! on se prend toujours au désir
Qu'on a d'être heureux malgré la saison...
Mais ce fut un jour plein d'amer plaisir,
Quand je m'aperçus que j'avais raison!
*
Je vous vois encor. J'entrouvris la porte.
Vous étiez au lit comme fatiguée.
Mais ô corps léger que l'amour emporte,
Vous bondîtes nue, éplorée et gaie.
*
Par instants je suis le pauvre navire
Qui court démâté parmi la tempête,

O

 

 

 

 

 

 

 

 

 

O

 

 

 

 

 

O

   
135

vos 2 mains blanches
AQUARELLES
GREEN
Ne le déchirez pas avec vos deux mains blanches
Et qu'à vos yeux si beaux l'humble présent soit doux.
SPLEEN
Je crains toujours, - ce qu'est d'attendre! -
Quelque fuite atroce de vous.

X

 

 

X O

   
136

streets
J'aimais surtout ses jolis yeux,

X    
137

child
CHILD WIFE

O

   
138

Kate
J'ai peur d'un baiser!
Pourtant j'aime Kate
J'ai peur d'un baiser!

O    
  "ODES EN SON HONNEUR"      
574

Ô Sainte Ô Reine
Tu fus une grande amoureuse ...
Oui, tu fus comme une héroïne,
...
O femme forte, ô sainte, ô reine, ...
Tu m'as , chère, pour te défendre,

573

I

O

 

II

   
576

tu n'es pas vierge
....vierge
Et martyre. ...
Tu n'es pas vierge, hélas! mais encore martyre ...
... Douce et naïve
Comme ta voix d'enfant aux notes paysannes.
Douce au pauvre et naïve envers tous et que bonne

IV

 

 

XO

   
578

un torse
De l'épaule et du sein,
Faut sur un autre mode
Dresser une belle ode
Au glorieux bassin.
Faut célébrer la blanche
Souplesse de la hanche
Et sa mate largeur,
Dire le ventre opime
Et sa courbe sublime ...

VI

 

O

 

   
579

Fifi s'est réveillé
FIFI s'est réveillé. Dès l'aube tu m'as dit
Bonjour en deux baisers, et le pauvre petit
...
De la plante des pieds au bout des cheveux sombres ...

VII

 

 

X

   
580

Cruelle
Tu fus souvent cruelle
Même injuste parfois,
Mais que fait, au ma belle,
Puisqu'en toi seule crois ...
Et c'est enfin la nuque

IX

O

 

   
584

nez retroussé
Nez retroussé quêtant les seuls parfums
De la santé robuste, yeux plus que bruns
...
Longs cheveux noirs dont le grand flot soyeux

XI

 

X

143  
"

femme nue
...
Croupe superbe éprise de loisir
...
--Tel le pastel d'après ma femme nue.

XI

 

X

  *3

h

*1/   Je me suis beaucoup demandé comment Mariette avait pu interpréter la strophe qu'elle a remarquée dans le XVI La pauvreté.
J'ai recherché incaguions soit le verbe incaguer. Mon Petit Robert l'ignorait, et j'ai trouvé le mot dans mon dictionnaire de l'Académie de 1777. Par curiosité je vais chercher sur internet, une première question wiki n'ayant rien donné. (Voir le commentaire).

Dans la suite de cet article je vais rapprocher les poèmes retenus dans l'édition, ainsi que comparer les 16 gravures. Dans le tableau figure la page de l'édition Vialetay.
Le livre de Vialetay fut tiré à 250 exemplaires in-quarto dont 50 sur BFK Rives avec une suite en couleur, après 31 sur Japon nacré.
Un exemplaire sur Japon nacré, "exemplaire unique" fut réservé à Mariette Lydis, il comporte en plus des suites, les 8 dessins originaux non retenus, il fut donc exécuté 24 dessins. Nous avons 26 annotations dans notre liste préparatoire.

*2/ Le titre retenu fut Romances sans paroles, et les trois chapitres reclassés Romances sans paroles, Chansons pour elle, Odes en son honneur.

*3/  Vialetay avait installé ses bureaux 23, rue de l'Abbé-Grégoire où il exerçait avec sa sœur Jacqueline Favre, que j'ai eu le plaisir de rencontrer plusieurs fois, à Paris et près de Fontainebleau en 2001 où elle avait archivé de nombreux documents sur leurs productions. Après le décès de Jacques , elle continua les éditions en cours avec l'aide principalement d'Henri Jonquières (qui a effectué la maquette de ce Verlaine)  au 22 rue Serpente à Paris sous le nom "Société de Diffusion Jacques Vialetay".   Mariette Lydis a illustré deux autres Verlaine: Parallèlement en  1949 avec Georges et Nadine Guillot et Trente Poèmes en 1955 avec Vialetay.

 

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Dreamer 07/04/2013 21:04


Mon libraire, qui me lit!  Me signale que c'est peut être l'édition de la Pléiade. J'avais bien pensé à cela, le papier correspond, mais la page est légèrement moins large, Mariette les
aurait-elle coupé si régulièrement avec une lame de rasoir? En vérifiant la police ce sont bien les mêmes caractères, donc quelqu'un pourra t'il vérifier la pagination, je n'ai pas de
Verlaine de Gallimard Pléiade?    

Rosanazira Lamek Abdo de Álvarez 28/03/2013 02:22


Je vous remercie M. Dreamer d'avoir répondu si vite.


La romancière dont je vous ai parlé s'est communiquée il y a quelques années avec Jorge de Buenos Aires. Mais il lui a donné très peu de détails sur Mariette .


Je vois dans votre blog une recherche très intéressante.


 Maintenant je voudrais savoir comment faire pour entrer dans votre  club . Vraiment les réseaux sociaux sont incroyables !!!!!

Dreamer 28/03/2013 07:22



Me donner votre mail (qui ne sera pas affiché)  et je vous recontacte en direct.  a bientôt



Rosanazira Lamek Abdo de Álvarez 27/03/2013 18:36


J'habite à Tacuarembo URUGUAY ( Amérique du Sud ) En ce moment je traduis a l'eapagnol tout le matériel qui apparait sur le net sur Mariette Lydis , car une amie romancière en a très besoin car
elle est en train d' écrire un gros roman inspirée sur Mariette. Nous sommes très heureuses de rencontrer votre page . Si vous avez plus de matériel s'il vous plait partagez-le avec nous.


  MERCI BBEAUCOUP !!!!!

Dreamer 27/03/2013 19:30



Pour partager l'histoire de Mariette, il faut adhérer au club.  Ce sera avec plaisir que nous vous accueillerons, en Amerique du Sud notre ami Jorge à Buenos Aires est le plus avancé dans le
travail de biographie. Bien entendu tous les documents en ligne sont exploitables à condition d'en mentionner l'origine, ce blog.



Dreamer 23/03/2013 10:27


Depuis Cambronne on ne retient plus qu'un mot pour pour clouer son bec à son adversaire.


L'Académie Française (dans la version 1777 du dictionnaire) pour incaguer donne: défier quelqu'un le braver, en témoignant qu'on ne le craint pas (Il me menace, mais je le défie de me rien faire,
je l'incague)  Il est du style familier. On dit en style comique, (Incaguer le destin, incaguer la fortune).


Sur internet: dans Wiktionnaire deux définitions: 1 (vieilli) Couvrir d'excréments 2 (figuré) Défier quelqu’un, le braver, en lui témoignant beaucoup de mépris.


en se référant au  Littré (1872-1877) qui pouvait être le dictionnaire  de Verlaine.


Pour être plus simple, il faut chercher dans les définitions du langage médiéval, sur un site on lit :


A cette époque la langue n’est pas unifiée et codifiée comme
aujourd’hui. Chacun est libre de créer ses mots et ses verbes, surtout pour exprimer une manière de voir les choses plutôt que de décrire la réalité.


Voici donc quelques mots et expressions croustillantes : et dans
le tableau qui suit pour incaguer  on trouve comme signification emmerder.

Dreamer 23/03/2013 10:35



http://medieval.mrugala.net/Langue%20et%20litterature/Le%20langage.pdf