Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

 

Dans la "revue du médecin"  du 30 Mars 1937, directeur  François Debat

Laboratoires Debat

 

Photos Jean Roubier

 

La fresque qui décore un mur de la salle à manger de Mme Mariette Lydis.

Puis la grande, la puissante artiste en divers endroits de son atelier où tout indique le goût le plus ferme et à la fois le plus délicatement féminin.

 

 

Notes de Francis de Miomandre.

 

  • Tous les artistes obéissent à la grande loi du renouvellement, tous sentent que le salut est là. Mais certains tournent la difficulté : en changeant de sujet ou bien en adoptant une technique étrangère. Je crois, pour ma part, reconnaitre les plus grands à ceci qu’ils se contentent de persévérer dans leur voie, d’approfondir leur domaine au lieu de l’étendre, d’ajouter des variations de plus en plus riches et de plus en plus significatives à leurs thèmes essentiels.

 

  • Ainsi Mariette Lydis, dont les progrès chaque année m’étonnent, sans que je puisse dire, d’une année sur l’autre, en quoi ils consistent. Chaque fois un peu plus de ferveur, chaque fois un peu plus d’humanité.

 

  • Une certaine cruauté, ou plus exactement une certaine curiosité de clinicien impassible devant les tares du corps humain moderne (victime de qui sait quelles hérédités incontrôlables), un certain détachement d’ailleurs propice au travail, ont peu à peu cédé à une sorte d’émotion encore très réticente, très pudique, mais que l’on sent d’autant plus forte et plus profonde. Cette émotion, une fois qu’on a décelé sa subtile présence, on la retrouve partout : aussi bien dans les nus pitoyables de ses faubouriennes mal nourries que dans les effigies exquises de ses patriciennes raffinées, dans ses figures enfantines, traitées comme des bouquets, dans ses fleurs, si vivantes, presque humaines, dans ses têtes d’expression (gamme infinie allant de l’extase mystique à la plus lourde perversité, par touts les intermédiaires psychiques), dans ses animaux caressés, si je puis dire, au passage, d’une main franciscaine, dans ses compositions visionnaires enfin, où surgissent, au milieu de troubles lueurs, des masques empreints d’un effarement presque sacré.

 

  • Cette émotion, aucun risque qu’elle ne devienne jamais la chose un peu suspecte qu’on nomme la sentimentalité. Contre un tel danger, Mariette Lydis est défendue par son tact, et aussi par sa lucidité, sans cesse plus aigue, plus vive, et par la force qui la pousse à chercher sans cesse ce qu’il y a derrière les apparences, ce je ne sais quoi, ce secret qui affleure à leur surface en réponse à l’interrogation passionnée de l’artiste.

 

  • Il est significatif que cet art si net, si calligraphique, subisse toutes sortes de tentations qui cherchent à le séduire, à l’égarer hors de ses limites. Par exemple l’appel du mystère, si évident dans ses œuvres les plus récentes. Mais, tel le héros des contes protégé contre tout par sa formule magique, Mariette Lydis avance au milieu de la forêt des épouvantes avec la double assurance de son ingénuité de femme, de son infaillibilité de peintre. Ainsi peut-elle se risquer sans crainte dans les domaines terribles où règnent les maîtres de l’angoisse. Tel ce Hogarth qu’elle aime, et qui eût reconnu sa fille spirituelle dans la tragique illustration de The Beggar’s opera.

 

  • C’est ainsi qu’idéalement je me la figure, entrant au pays des truands, des aveugles et des larves avec son innocent cortège de banquistes, de funambules, de fillettes, de poupées, de fleurs, d’animaux aux pelages doux et aux yeux purs, de mappemondes imaginaires, afin de charmer, nouvel Orphée, les habitants de ces enfers et de les intégrer, doucement, dans l’univers plausible où nous vivons…

   Plus sur Miomandre ? ICI      

 

*1/ Il s'agit de l'appartement qu'elle louait au 55 rue Boileau à Paris. Ce n'est qu'après la guerre qu'elle pu enfin acheter cet appartement après des démarches difficiles menées par l'agent immmobilier Vié et son notaire. Sa naturalisation dont la publication au journal officiel n'est que 1939, son contrat de mariage avec Giuseppe Govone en 1934 étaient nécessaires.    

 

*2/ Les photos de Jean Roubier sont sous droit gérés par les descendants Roubier.  Il couvrit de nombreux reportages et fut l'illustrateur des éditions Lapina pour plusieurs ouvrages régionaux. 

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Le blog de Dreamer
  • Le blog de Dreamer
  • : Mes recherches, mes collections, mes rencontres, et surtout la démarche à partir d'un rève: vivre des passions sans limite. Les pages comme les articles seront modifiées en fonction des nouvelles trouvailles. Les documents présentés et les textes, sont ma propriété et tout usage ou publication doit obtenir mon autorisation, à demander par contact. Copyright "WorldOfDream"
  • Contact

Profil

  • Dreamer
  • Collectionneur qui mène son enquête. Avec plein de surprises, de découvertes et de rencontres qui parfument l'existence.
  • Collectionneur qui mène son enquête. Avec plein de surprises, de découvertes et de rencontres qui parfument l'existence.

Recherche

Catégories